Archives pour anneau

Du Porno

La Romantique —  3 février 2010 — 3 Conmmentaires

Quand j’ai vu « Porno » dans le post du geek, mon sang n’a fait qu’un tour, et mes pensées se sont éparpillées, entre envie de meurtre, de fuite et de chirurgie esthétique.

Comment ? Cet être veule et obtus osait maculer de considérations pornographiques la robe de Jane Austen ? Vengeance ! Et l’humiliation ! Mes copines à qui j’ai innocemment donné l’adresse de ce site maudit devenu le témoin de ma mésalliance et de ma déchéance? Et ma famille ? La musique du Parrain tournait dans ma tête. Je m’imaginais à Rio, avec un nouveau visage, fuyant les cohortes de romantiques abusées par ma stupidité et hurlant à la trahison. Sans le réaliser, je me saisis d’un couteau, décidée à lacérer de ma main vengeresse le matériel informatique présent dans la pièce.

Bien évidement, j’ai ensuite mesuré l’habileté du geek. Notez bien que je réprouve ce procédé racoleur, tout en ne rechignant pas à en profiter. Faiblesse, ton nom est femme. J’espère néanmoins que son prochain post ne s’intitulera pas « des Gros seins partout ».

Néanmoins, je tiens à réclamer mon dû. Rendons à la Romantique ce qui lui revient. C’est en effet moi qui ai baptisé l’IPhone « le précieux ». Et ce surnom recèle toute la perfidie et la jalousie d’une veuve informatique.

C’est bien simple. Les 2 mois qui ont suivi l’achat (ou, devrais-je plutôt dire l’adoption) de l’IPhone furent ceux d’une grande solitude conjugale. Le geek, qui ne prend soin de rien, s’est mis à cajoler son jouet, à lui acheter une housse. Des heures durant, il a parlé à ce bête écran, qui fut sa première et dernière vision, chaque jour de cette lune de miel informatique.

J’aurais pu supporter l’indifférence (il est informaticien tout de même), la solitude (l’espace temporel du geek est différent du commun des mortels), le partage de la chambre conjugale (le précieux dort sur le chevet), les conversations interrompues pour checker les mails un dimanche à 15h.

Mais les enthousiasmes aussi multiples qu’éphémères pour des applications plus douteuses les unes que les autres furent la goutte d’eau. J’ai été interrompue dans ma lecture pour contempler un aquarium. J’ai été obligée de regarder le geek faire de grands moulinets de bras avec son IPhone qui, ô miracle, faisait le même bruit que le sabre laser de Darth Vader. J’ai subi les couinements puérils de tous les jeux régressifs imaginables.

Devant l’ampleur de l’addiction Apple de mon homme, j’ai craqué. L’Iphone, tel l’anneau de Tolkien, affaiblissait le geek, le rendait dépendant, stupide, et de plus en plus faible. Cette invention de Steve Jobs (briseur de couples) est ainsi devenue « le précieux ».

Je n’ai pas osé de poser un ultimatum : l’Iphone ou moi, de peur de me retrouver au rayon des épouses reconditionnées, (refurb pour les initiés). Mais j’ai entamé une lutte quotidienne. En attendant l’IPad.

La vie avec un geek est un combat, inégal, contre Apple.

Le prochain billet décrira la version romantique d’une scène pornographique. Bande de petits coquins.