Romance au Maroc / 2e partie

Le Geek —  21 janvier 2010 — 1 Commentaire

Les tribulations d’un geek au Maroc, deuxième partie donc.
Je suis toujours sous mon arbre, avec mon livre (13 jours), mon maillot ridicule et ma clope au bec (pour finir le tableau). Comme je suis quelqu’un d’observateur (si si, quand je suis au club med, j’observe. Sinon on fait quoi là bas ? On discute philo ? Nan. On mate.), je remarque qu’une gazelle (nous sommes au Maroc, je vous rappelle) me regarde aussi. Et sans rigoler. A vous parler franchement, Ma Romantique était en maillot de bain, tous ses atouts dehors. Je n’ai donc pas remarqué au premier coup d’oeil ses yeux, mais plutôt le reste. Ne me forcez pas à décrire.

Et cette image est resté gravée dans ma mémoire, en tout cas suffisamment pour que je pourchasse Miss Gazelle, sans en avoir l’air. C’est à dire :
Miss Gazelle fait du tir à l’arc : Le Geek fait aussi du tir à l’arc.
Miss Gazelle danse le soir : Le Geek danse comme il peut aux alentours (lascif, concentré, un peu bourré, ridicule).
Miss Gazelle va boire un coup sur la place Jamâa El Fna : Le Geek a soudain envie de faire AUSSI du tourisme.
Miss Gazelle a décidé de faire de l’aquagym : Le Geek somnole sous son arbre … faut pas pousser.

Vous aurez compris ma technique de drague hyper avancée : être suffisamment là pour que ma Romantique commence à penser qu’elle a une chance de ramener à la maison ce magnifique spécimen d’homo internetus (camouflé en magnifique touriste).

Et là, vous vous dites : « c’est pas possible, ce mec est trop con. Il est incapable de l’aborder ? C’est un club med : tout le monde drague tout le monde, et ça fornique partout dans les cases. » Nan que je vous réponds : c’est un club med familial, avec des tas d’enfants partout et des parents sages. Et puis de toute façon, la Romantique a un avantage : on voit bien qu’elle est romantique. Donc, l’attaque frontale est hors de question.

Est-ce que ça a marché ? Oui. Comment ? Vous le saurez quand je vous raconterai mes deux soirées finales. Qui ont été les plus belles.

Allez, zou, je retourne à Street Fighter IV !

Une réponse à Romance au Maroc / 2e partie

  1. « Ne me forcez pas à décrire. »
    Bin si, justement, on (je et les autres milliards de lecteurs passionnés) te force à décrire :)))) Et ce n’est pas car la Romantique dit le contraire précédemment qu’il faut l’écouter (ok, c’est vrai, je ne vis pas avec et je ne risque donc pas de me faire débrancher la console en plein combo de la mort qui tue, c’est vrai).

Laisser un commentaire

Le formatage de texte est disponible par la sélection de HTML. <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*