La légende urbaine du pilou

La Romantique —  6 mars 2013 — Laisser un commentaire

Un magasin de vêtements. La Romantique et sa cousine baguenaudent, tandis que le Geek erre dans les rayons, avec sur le visage, l’expression de celui qui cherche à mettre fin à une existence devenue insupportable.

En effet, si le Geek a pénétré dans un magasin de vêtements c’est uniquement parce que :

–          il pleut,

–          nulle boutique de jeux ou de BD ne se trouve à proximité.

 

La Romantique : J’aime bien ce pantalon violet.

La cousine : Oui, la couleur est assez originale.

Le Geek (modèle de tolérance) : Il faut aimer le style de « la petite maison dans la prairie »

 

La cousine : Oh ! Des chaussettes en pilou-pilou !

La Romantique : Elles doivent être chaudes.

Le Geek (péremptoire) : Non, ce n’est pas possible.

Les filles le regardent, interloquées.

Le Geek (doctoral) : D’abord, on dit pilou, et non pilou-pilou. Ensuite, je vais vous livrer une part infinitésimale de la vérité sur le mystère masculin. Et cette révélation est simple : pas de pilou.

La Romantique (ironique) : Mais, enfin …

Le Geek (impassible) : Pas de pilou.

La cousine (regardant les chaussettes avec envie) : … c’est confortable

Le Geek (spectral) : Les hommes en ont décidé ainsi.

La Romantique (goguenarde) : Tu ne trouves pas ta réaction exagérée ?

Le Geek (catégorique) : Le pilou est un « tue-l’amour ». Je me devais de vous en informer.

 

Les filles n’ont rien acheté.

On ne sait jamais.

Le Geek vous présente le mal absolu.

Il n'y a pas de commentaire

Soyez le premier à commencer la conversation.

Laisser un commentaire

Le formatage de texte est disponible par la sélection de HTML. <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*