Archives pour blague de geek

Désireuse d’offrir un nouveau jeu vidéo au Geek, la Romantique décide donc de se rendre dans un magasin spécialisé, afin d’avoir un avis et des conseils de professionnels.

La Romantique : Bonjour.

Vendeurs 1 et 2 : Bonjour …

Le vendeur 1 comprend un instant qu’il a face à lui une béotienne capable de lui faire perdre des heures. En 1 seconde, il a analysé la Romantique :

Genre : féminin

2 conclusions : un Geekette ou une copine/épouse de Geek

Indice 1 : elle porte un livre si gros qu’il ne tient pas dans son sac à main

Indice 2 : elle est plantée devant la caisse, au lieu de fourrager dans le bac des jeux d’occasion.

Analyse finale : femme dangereuse avec le sourire inquiétant d’une étrangère perdue dans un monde hostile.

Danger : conséquent.

Perte de temps : incommensurable.

Le vendeur 1 disparait immédiatement dans les profondeurs du magasin et lance à son collègue débutant : « je te laisse t’occuper de la dame. »

La Romantique déglutit sur « la dame » et se dit que le port de l’étole pour lutter contre la climatisation fait vieillir prématurément.

Le vendeur 2 (dupé par son collègue et un peu inquiet) : Alors, que cherchez-vous ?

La Romantique (en train de réciter son petit discours) : je cherche un jeu pour une PS3 (référence vérifiée) … pour mon mari (comme si besoin était de le préciser). Il aime les jeux avec les voitures.

La Romantique, satisfaite de son laius et de toutes les informations glanées, sourit fièrement.

Le vendeur 2 (ferme les yeux pour dissimuler un abysse de désespoir et parle calmement) : Il y a beaucoup de jeux de courses. Quels jeux a-t-il ?

La Romantique (déjà en train de perdre pied) : Des jeux où on peut choisir sa voiture, et où il y a des courses. Dans des villes.

Le vendeur 2 (qui lutte contre les larmes) : GTA, peut être ?

La Romantique (définitivement perdue) : Oui, ça me dit quelque chose. En effet. Tout à fait.

Le vendeur 2 (oscillant entre fol espoir et cynisme) : Il y a plusieurs versions. De 1 à 4. Vous savez s’il les a toutes ?

La Romantique (qui envisage de s’enfuir) : Oui, ça me dit quelque chose. En effet. Tout à fait.

Le vendeur 2 (en mode automatique de survie) : Et le GTA 5 sortira en novembre cette année. (soudain touché par la grâce et avec la voix de Néo comprenant qu’il peut influer sur la Matrice) Vous pourriez peut-être attendre la sortie de ce jeu. Et revenir dans quelques mois (sous-entendu : un jour où je ne travaille pas) Comme ça, vous serez sûre.

La Romantique (en reculant vers la sortie) : Oui, ça me dit quelque chose. En effet. Tout à fait.

Le vendeur 2 et la Romantique ont alors échangé un dernier regard. Celui des survivants.

Le premier, conscient d’avoir testé ses limites pédagogiques s’est précipité pour respirer un boitier, la seconde encore abasourdie par la complexité de cet univers s’est rendu à la bibliothèque pour inhaler un livre.

Et le Geek n’a pas eu de nouveau jeu.

Le Geek a eu un RV professionnel à Nice.

En rentrant, nous avons eu cette conversation profonde et stimulante, de celles qui façonnent la culture commune d’un couple.

Ca s’est bien passé à Nice?

Ouais.

Le Geek est intarissable. Un puits de paroles.

Et le déjeuner ? interroge la Romantique, qui cherche désespérément une information à se mettre sous la dent.

Bien. Oh (le Geek en pleine épiphanie) A Nice, la mode c’est le short. Des shorts. Que des shorts. Et minis. Du genre tu te demandes si la fille est en slip. J’étais cerné par des jambes nues.

Et c’est bien? (demande la Romantique qui ne sait pas à quel moment la conversation a dévié)

Ben, ça dépend de la femme, quoi.

La logique masculine est imparable.

Monsieur Geek, de la communauté Be a nice geek !

Et les amateurs reconnaitront un passage de « un air de famille »,

un film qui figure dans le « top ten » des hôtes de ce blog.

 

La réalité rejoint parfois la fiction.

 

La conclusion qui claque.

Un magasin de vêtements. La Romantique et sa cousine baguenaudent, tandis que le Geek erre dans les rayons, avec sur le visage, l’expression de celui qui cherche à mettre fin à une existence devenue insupportable.

En effet, si le Geek a pénétré dans un magasin de vêtements c’est uniquement parce que :

–          il pleut,

–          nulle boutique de jeux ou de BD ne se trouve à proximité.

 

La Romantique : J’aime bien ce pantalon violet.

La cousine : Oui, la couleur est assez originale.

Le Geek (modèle de tolérance) : Il faut aimer le style de « la petite maison dans la prairie »

 

La cousine : Oh ! Des chaussettes en pilou-pilou !

La Romantique : Elles doivent être chaudes.

Le Geek (péremptoire) : Non, ce n’est pas possible.

Les filles le regardent, interloquées.

Le Geek (doctoral) : D’abord, on dit pilou, et non pilou-pilou. Ensuite, je vais vous livrer une part infinitésimale de la vérité sur le mystère masculin. Et cette révélation est simple : pas de pilou.

La Romantique (ironique) : Mais, enfin …

Le Geek (impassible) : Pas de pilou.

La cousine (regardant les chaussettes avec envie) : … c’est confortable

Le Geek (spectral) : Les hommes en ont décidé ainsi.

La Romantique (goguenarde) : Tu ne trouves pas ta réaction exagérée ?

Le Geek (catégorique) : Le pilou est un « tue-l’amour ». Je me devais de vous en informer.

 

Les filles n’ont rien acheté.

On ne sait jamais.

Le Geek vous présente le mal absolu.

anim

Nous avons tous des manies plus ou moins drôles, détestables ou attendrissantes (la qualification dépendant de l’humeur de « l’autre personne », celle qui regarde ou subit la dite manie)

Ainsi, le Geek porte une attention particulière aux typographies, et autres polices des publicités, des marques : de tout ce qui se lit. Et, comme tous les informaticiens, il voue un mépris sans borne à la « Comic Sans Ms »

Le Geek :

Mais ce PowerPoint est affreux, et en plus, de la « Comic Sans Ms ». On touche le fond là. Les gens ne doutent de rien en utilisant cette typo toute pourrie.

La Romantique :

– Vous les informaticiens, vous vous placez au dessus des contingences matérielles, mais en fait vous êtes intolérants et méprisants. C’est du snobisme de professionnels. Peu importe la police du texte, au final, c’est le fond qui compte.

Un esprit chagrin pourrait estimer que cette dernière réplique était disproportionnée, voire inutilement agressive. Mais des circonstances dramatiques excusent cet accès de rage. En effet, la Romantique venait de terminer le 6ème volume du « Trône de Fer » alors que le 7ème tome était détenu par le personnel de la bibliothèque. Pour employer des mots froids et brefs, le manque littéraire faisait des ravages : mouvements oculaires désordonnés, spasmes musculaires et propos incohérents sur la Garde Noire et le destin d’Arya.

Et je parle de moi à la 3ème personne, si je veux.

Le Geek :

– Moi je suis snob ? Et si je te disais qu’après tout les livres de Marc Levy valent bien ceux de Paul Auster ? Hein ? Que le style est sans importance puisque c’est le fond qui compte!

La Romantique : …          ……..                 ……….

En fait, on se connait trop pour se disputer efficacement.

Conversation avec les collègues :

tu as vu la pub pour le site de rencontres, là?

mouais, pas terrible.

la nana, on dirait qu’elle est en train d’expliquer qu’elle souffre d’une blennoragie.

– exactement. en plus, si dans sa vie, elle est toujours aussi gaie, elle ne rencontrera jamais personne.

C’est à ce stade de la conversation que mon fou rire est devenu incontrôlable. Depuis, je ne peux plus voir ce spot de publicité sans penser aux MST.

je suis tellement drôle au fond de moi-même

 

…………………..

Conversation avec le Geek :

Je regarde une émission recommandée par l’Académie Française (Top Chef ) et le Geek fait vaguement sa comptabilité (il recense les justificatifs manquants en se demandant où ils peuvent bien être)

Une publicité interrompt ma réflexion intellectuelle (je mangerais bien un risotto).

Une jeune femme, avocate comme le précise le sous titre, explique qu’elle recherche un compagnon fidèle et attentif.

Sans même relever le nez, le Geek lache :

Ouais, et bien, prends un chien.

J’ame bien les publicités pour les sites de rencontre en fait. Surtout avec des mauvais esprits.

Ce matin au petit déjeuner, ma Romantique a encore fait un effort : elle a rigolé en découvrant une blague de Geek.

Or, quand une personne normale est confrontée à ce genre d’humour, elle peut avoir deux réactions :

– rigoler poliment avec une lueur de tendresse dans les yeux (ma Romantique)

– rigoler poliment en tentant de s’éloigner au plus vite pour éviter d’avoir à subir l’explication de la blague (le reste de la population).

Passons au cas pratique :

Il y a 10 types de personnes : ceux qui savent lire le binaire et les autres.

– rigolo non ?

Allez, une dernière pour la route :