Les hommes, les femmes, les itinéraires, et les belles-familles

La Romantique —  27 février 2013 — Laisser un commentaire

Je ne tomberai pas dans la caricature (ce n’est pas le genre de la maison) mais il est vrai qu’en voiture, toute conversation entre le Geek et la Romantique finit en guerre.

 

 

La guerre du trajet peut être larvée :

La Romantique (soupçonneuse) : Tu passes par là ?

Le Geek (déjà agacé) : Oui.

La Romantique (dans le jugement) : Ah. Bon.

Le Geek (option dictateur de Corée du Nord) : De toutes manières, celui qui conduit décide de l’itinéraire.

La Romantique (marmonnant dans son foulard) : Tu as surtout de la chance que je n’ai pas envie de me disputer.

Le Geek (en mode paranoia) : Qu’est ce que tu dis?

La Romantique (mi-boudeuse, mi-agressive, option ado en rebellion) : Rien, rien…

Le Geek (éloquent) : Ouais, c’est ça.

La Romantique (éloquente) se contente d’hausser les épaules en regardant défiler le paysage urbain.

 

La guerre du trajet peut être ouverte :

La Romantique (soupçonneuse) : Tu passes par là ?

Le Geek (déjà agacé) : Oui.

La Romantique (dans le jugement) : Ah. Bon.

Le Geek (prêt à exploser) : Il y a un problème ? Je sais bien qu’il y a un problème : tu as ta voix d’institutrice.

La Romantique (hoquetant d’indignation) : Ma voix de quoi ? Dis donc, ce n’est pas moi qui ai le syndrome de la Tourette dés que je suis au volant.

Le Geek (en klaxonnant à tout va) : Mais il ralentit au feu orange cet imbécile !? Et lui, là, garé en triple file, il me bloque la voie. OH ! Oui ! Toi ! Là ! TU BLOQUES LA VOIE !

La Romantique (désespérée) : Et si tu te calmais ?

Le Geek (en faisant de grands moulinets de bras) : Me calmer ? Pourquoi ? Je n’ai même pas le droit de m’énerver contre ces abrutis qui ne savent pas conduire, c’est ça ?

La conversation, que chaque lecteur a déjà vécue, prend ensuite un tour désordonné et énervé, où pêle-mêle, ressurgissent les allusions à des trajets infernaux (qui peuvent dater de 10 ans, la perfidie n’ayant aucune date de péremption), et des piques sur le permis de conduire et les points perdus. Le bouquet final explose généralement avec des remarques sur les belles-familles et les fêtes de Noel.

Comment un couple, à peu prés pourvu de neurones, peut-il commencer à parler itinéraire entre 2 points géographiques, et finir par se jeter sa famille à la figure ? Nul ne le sait.

C’est l’un des mystères de la merveilleuse aventure conjugale.

Il n'y a pas de commentaire

Soyez le premier à commencer la conversation.

Laisser un commentaire

Le formatage de texte est disponible par la sélection de HTML. <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*